62e Traversée internationale du lac St-Jean GRAND PRIX DE NAGE EN EAU LIBRE FINA 2016
banner-32-km-fina

IMPORTANT

RÉSULTATS – Sprint d’arrivée TIM HORTONS 2016  (derniers 500 m) 

Le Sprint d’arrivée TIM HORTONS récompense les nageurs et nageuses qui effectuent les trois meilleurs temps sur les 500 derniers mètres de cette épuisante course qu’est la Traversée. Le parcours du Sprint débute à l’entrée de la rade de Roberval et se termine à la plaque d’arrivée.

+

Description

Chaque été, depuis 1955, la Traversée internationale du lac St-Jean attire l’élite mondiale de la nage en eau libre à Roberval. Annuellement, 25 nageurs et nageuses représentant une douzaine de pays participent à ce marathon culte* de 32 km qui requiert, en moyenne, sept heures d’efforts physiques et psychologiques. La Traversée internationale du lac St-Jean est toujours présentée le dernier samedi de juillet. Les compétiteurs, hommes et femmes, partent à 8 h de Péribonka, municipalité située de l’autre côté du lac. Les plus rapides d’entre eux arrivent vers 14 h 30 dans la rade de Roberval où des milliers de spectateurs les accueillent chaleureusement à grands renforts d’applaudissements! Année après année, on assiste à des arrivées excitantes et fort émouvantes, en plus de voir des records être pulvérisés! Les participants du 32 km se partagent 40 000 $ US en bourses.

* Pourquoi un marathon culte?

Une étude scientifique réalisée en 1994 par le magazine Américain Outside rapporte que la Traversée internationale du lac Saint-Jean fait partie des six épreuves sportives les plus difficiles au monde. Ce qui distingue la Traversée de toute autre compétition de nage en eau libre, c’est le plan d’eau. Avec sa superficie de plus de 1000 km2, le lac St-Jean ou Pekuakami (qui signifie « lac vaste ou lac plat » dans la langue des Ilnus du Lac-St-Jean) se compare à une véritable mer intérieure : à la fois magnifique et imprévisible. Ainsi, selon les conditions météorologiques, la température de son eau varie entre 17° et 23° C, et ses vagues peuvent atteindre 2 mètres (6 pieds). Vaincre un plan d’eau comme le Pekuakami constitue certes un exploit en soi ; c’est pourquoi plusieurs nageurs du monde qualifient la Traversée internationale du lac St-Jean de « marathon culte ».